• Les ateliers de la Licorne

    Décore ton masque !
  • Contrôle du pass sanitaire

  • Conférence "Archives numérisées et Généalogie"

    Jeudi 4 novembre à 14h
  • Contes de la licorne

  • Exposition

    Parenthèses du temps
  • Exposition "Tissus de contes"

    du 9 octobre au 13 novembre

Vous êtes ici

De l'humanisme aux Lumières

Au XVIe siècle, le livre accompagne le mouvement humaniste : les centres de production sont désormais citadins et liés aux centres de la pensée européenne, l'offre est de plus en plus vaste, les lecteurs de plus en plus nombreux,et leurs préoccupations fort diverses : sciences, philosophie, théologie, poésie, mais aussi divertissement. Ce siècle verra se dessiner le fossé entre livre populaire et ouvrage d'érudition.

C'est aussi le temps des grands voyages de découverte, d'où une forte demande pour les ouvrages de géographie, astronomie, cartographie. Le Theatrum Orbis Terrarum, du géographe Abraham Ortelius, publié en 1571 par l'imprimeur anversois Christophe Plantin, connut un énorme succès (25 éditions en 30 ans) malgré son prix élevé : on a pu dire qu'il s'agissait du livre le plus cher du siècle La révolution de l'imprimerie achevée, le livre ne cesse de rechercher une plus grande lisibilité, tandis que la typographie tend à prendre le pas sur l'illustration : c'est l'apparition des signes de ponctuation, de la cédille, de l'apostrophe. Des graveurs et imprimeurs de génie tels que Geoffroy Tory, Claude Garamond, Robert Estienne, Sebastien Gryphe, Jean de Tournes, contribuent à créer le style Renaissance, que distinguent son élégance et sa simplicité.
Plus sobre, plus aéré, plus léger, le livre a alors acquis son architecture définitive, qui doit beaucoup à l'influence italienne, et s'est entièrement dégagé de l'esthétique médiévale. En France, sous l'influence de rois bibliophiles comme François Ier ou Henri II, naissent de grandes institutions : le dépôt légal en 1537, la Bibliothèque Royale en 1544, l'Imprimerie Royale en 1640...

En ce qui concerne l'illustration, c'est aussi à cette époque qu'apparaît la gravure sur cuivre en taille-douce : le dessin est gravé à l'aide d'un burin ou d'une pointe dans une plaque de cuivre qui est ensuite encrée

Au XVIIe siècle, le même mouvement se poursuit : les recherches , tant en typographie qu'en technique de gravure (eau-forte, mezzotinto) ne cessent d'apporter des améliorations qui donneront des résultats saisissants, avec un goût prononcé pour les formes architecturales (Athanasisus Kircher, Turris Babel, Amsterdam, 1679, gravures de Decker et Cruyl). n°17

A l'âge classique, on privilégie la sobriété et la clarté du contenu informatif : le titre, très explicatif, occupe fréquemment la totalité de la première page, et l'illustration, en vis à vis, se limite souvent à un frontispice gravé. L'usage généralisé du caractère Garamond accentue l'aspect noble et austère de l'ensemble.